La traite de personnes

La mondialisation ainsi que la globalisation de l’informatique engendrent de nombreuses conséquences néfastes à la société qui constituent de véritables crimes contre l’humanité. Existant depuis l’Antiquité sous forme d’esclavage, la traite des êtres humains est actuellement un problème complexe majeur évoluant en accord avec la technologie, avec l’économie, avec la société ainsi qu’avec la politique.

La traite des personnes regroupe en elle le proxénétisme, l’esclavage, le travail forcé ou le trafic d’organes. En somme, cette traite d’êtres humains n’est autre que l’exploitation de l’homme par l’homme. Même le fait d’obliger quelqu’un à demander l’aumône relève déjà de ce phénomène transnational. D’une manière générale, femmes et enfants en sont les principales victimes.

En droit international, trois éléments composent la traite d’êtres humains :

  • L’action: souvent constituées de personnes qui cherchent des moyens leur permettant d’améliorer leur vie, les victimes de la traite des êtres humains saisissent souvent facilement les opportunités qui s’offrent à eux. Lors des recrutements pour travailler à l’étranger ou pour se faire beaucoup d’argent, les jeunes s’inquiètent peu de la situation dans laquelle ils seront. Les adultes aussi peuvent, sans le vouloir, pousser leurs enfants à devenir des victimes de la traite des personnes en les confiant à des connaissances afin que ces enfants aient une meilleure condition de vie ou afin que ces derniers pourvoient aux besoins de leurs familles. Même cas pour les jeunes femmes qui se marient et une fois à l’étranger se voient obligées de se prostituer ou d’effectuer des travaux forcés.
  • Le moyen: souvent les pratiquants de cette traite de personnes procèdent à des enlèvements ou kidnappings. La tromperie fait aussi partie des moyens qu’ils utilisent pour piéger un bon nombre de personnes. D’autres préfèrent l’usage de la force ou le recours à la menace.
  • La finalité: peu importe l’action et le moyen utilisé, la finalité consiste à exploiter une ou des personnes en les obligeant à se prostituer, ou en les payant pour se prostituer, par le fait de lui infliger des travaux forcés. Les moins chanceux sont destinés au trafic d’organes où le cœur, le foie, les reins, et d’autres organes majeurs sont retirés du corps humain pour être vendus.

Ces exemples nous permettent de reconnaître les raisons pour lesquelles les femmes et les enfants sont les principales cibles et victimes de la traite des êtres humains. C’est pourquoi il existe autant d’organismes et d’institutions œuvrant pour la protection de la femme et de l’enfant dans le monde.